Comment l’agroécologie peut aider les agriculteurs à s’adapter au changement climatique ?

Publié le : 07 décembre 20225 mins de lecture

 

L’agroécologie aide les agriculteurs à changer leur logique de production agricole. Elle propose des systèmes adaptés à la problématique du changement climatique, du respect de l’environnement et de la valorisation de la biodiversité par l’introduction de méthodes de culture qui s’appuient sur les processus naturelles comme l’adaptation des plantes et des animaux.

Oser l’agroécologie

Aujourd’hui de nombreux agriculteurs ont déjà recours à des pratiques d’agriculture biologique pour s’adapter au changement climatique. En effet, pour le monde agricole se convertir à l’agriculture biologique plus respectueuse de l’environnement est une nécessité pour faire face à l’urgence climatique et adapter les systèmes de production agricole au monde d’aujourd’hui. Parmi les  pratiques d’agroécologie mises en place on peut par exemple citer, les couverts végétaux pour renforcer la fertilité des sols, l’ajustement des périodes de semences, l’agriculture biologique, la diversification des variétés de plantes cultivées, une agriculture sans pesticides, etc. La mise en place d’une agriculture durable agroécologique permet aux agriculteurs de prendre conscience du fait qu’il est possible de produire autrement, en respectant la nature et ainsi réduire leur empreinte carbone. La pratique agroécologique est un modèle de production qui crée un équilibre entre agriculture et environnement, tout en permettant le développement social des régions rurales. C’est pour cette raison qu’il est aussi nécessaire d’introduire ces pratiques avec la participation des agriculteurs.

Une solution durable pour les hommes et la planète

Pour aider les agriculteurs à s’adapter au changement climatique, l’agriculture durable agroécologique leur propose de nouvelles méthodes de production et des modèles d’élevage qui sont plus respectueux de la planète et des hommes. Elle promeut des nouveaux modèles de ruralité, plus innovants en développant par exemple des fermes expérimentales dans lesquelles le respect du vivant et la biodiversité sont au cœur des pratiques agronomes. L’agroécologie propose aux agriculteurs un accompagnement personnalisé pour produire sans pesticides et ainsi améliorer la qualité des aliments produits en augmentant les revenus de leur exploitation. La démarche agroécologique est basée sur une coopération entre l’homme et son environnement en remplaçant l’utilisation des fertilisants par des processus de régularisation naturels de sols qui préserve la biodiversité, la qualité des sols et de l’eau. Pour réduire l’empreinte carbone d’une exploitation agricole, il est aussi possible de miser sur la séquestration carbone en végétalisant une exploitation au maximum. Arbres, prairies, haies seront alors de solides alliés pour lutter contre le réchauffement climatique.

De nouvelles pratiques agricoles

L’agroécologie formule des préconisations concrètes pour aider à tous les niveaux, les exploitants agricoles pour qu’ils puissent engager des pratiques agroécologiques qui préservent la biodiversité. La mise en pratique de ce modèle de développement permet le retour à une agriculture respectueuse de l’environnement. L’agroécologie propose aussi d’aider les agriculteurs à introduire des pratiques pour réduire l’empreinte environnementale des élevages, leur vulnérabilité au changement climatique en favorisant leur autonomie. Recyclage de la matière organique des fèces, production de biogaz, rotation des cultures, agriculture biologique et naturelle sont au cœur des pratiques agroécologiques proposées aux agriculteurs. L’activité élevage induit l’émission de fortes quantités d’oxyde nitreux et de méthane, deux puissants gaz à effet de serre et c’est pourquoi il est important que les agriculteurs développent une approche agroécologique pour réduire l’empreinte environnementale de leur élevage. L’agroécologie aide les agriculteurs pour s’adapter au changement climatique en leur faisant prendre conscience de la nécessité à utiliser les ressources naturelles (énergies, eau, sols) de manière efficiente, d’optimiser les cycles biogéochimiques pour réduire l’apport de fertilisants chimiques. Elle leur explique aussi comment tirer profit de la biomasse, réduire les risques de pollution des eaux. Une aide organisationnelle et institutionnelle est aussi mise en place pour aider les agriculteurs à s’adapter au changement climatique.

 

 

 

 

Plan du site