L’importance du rapprochement consommateur-agriculteur

Publié le : 06 janvier 20225 mins de lecture

L’agriculture, et l’élevage en particulier, est sous les feux de la rampe. Producteurs et consommateurs doivent se rapprocher pour que la production de denrées alimentaires animales soit à la fois rentable et acceptée. Cette question a été discutée lors d’un grand événement placé sous le thème de « l’agriculture dans la zone de conflit entre la concurrence et l’acceptation sociale ».

C’était une occasion pour les experts agricoles d’échanger leurs points de vue sur des sujets brûlants. La manière dont l’agriculture peut accroître son acceptation dans la société a été discutée par 150 spécialistes de la scène agricole – vétérinaires, représentants des offices vétérinaires, ministères, chambres d’agriculture et associations, banques, réassureurs, agriculteurs et journalistes agricoles spécialisés -.

Des compromis au lieu de conflits

Après l’accueil de Michael Busch, directeur de la division R V, le professeur Ulrike Weiler de l’université de Hohenheim a analysé les objectifs contradictoires du bien-être animal, de la protection de l’environnement et de la valeur de la viande. Elle a constaté que les souhaits de la société en matière d’élevage ne représentent pas toujours l’optimum pour l’environnement et les animaux. Par exemple, elle a montré que l’élevage de vaches allaitantes préféré par la société produit beaucoup plus de gaz à effet de serre nocifs que l’engraissement de taureaux en salle.

Ses conclusions étaient nombreuses. Pour résoudre les objectifs contradictoires entre l’agriculture et la société, il faut mener un dialogue désémotionné, fondé sur les connaissances et les faits. L’agriculture doit expliquer aux consommateurs ce qu’elle fait et pourquoi. Sur cette base, des compromis viables doivent être trouvés ensemble, qui sont mis en œuvre de manière durable et crédible.

Lutter contre l’aliénation de la société

Des évolutions telles que l’urbanisation croissante, l’augmentation de la taille des exploitations, le progrès technologique et un degré plus élevé de transformation des aliments ont conduit la société à s’éloigner de plus en plus de la production agricole primaire. Comme aucune de ces tendances ne peut être inversée, le professeur Alfons Balmann, directeur de l’Institut Leibniz de Halle, estime que l’agriculture doit assumer une responsabilité sociale. Cela comprend non seulement des mesures publicitaires de la part des exploitations, mais aussi des discussions constructives au sein de l’agriculture avec la société et la politique.

Stratégie unifiée pour l’élevage des animaux

Les éleveurs, en particulier, sont confrontés à de nombreux problèmes : Hostilité à l’égard de l’élevage dit « industriel », bas prix à la production, exigences « bureaucratiques » croissantes, exigences du commerce alimentaire, initiatives citoyennes compliquant les mesures de construction, baisse de la consommation de viande, etc. Les activités actuelles de la politique et de l’industrie ne sont pas coordonnées et n’offrent pratiquement aucune sécurité d’orientation et de planification aux agriculteurs désireux d’investir. Dans ce contexte, le professeur Folkhard Isermeyer, directeur de l’Institut Thünen à Braunschweig, propose une stratégie nationale en matière d’élevage visant à faire accepter l’élevage par la société.

Les réseaux sociaux pour une production transparente ?

Michael Dörr, lauréat du CERES AWARD 2016 et donc agriculteur de l’année, a été un praticien convaincant qui contribue par son travail à l’image positive de l’agriculture. M. Dörr a expliqué comment il avait transformé la ferme de ses parents en une ferme moderne de l’avenir en un peu moins de 15 ans. L’élevage laitier, les énergies renouvelables telles que le photovoltaïque et le biogaz ainsi que la commercialisation directe sont ses principaux piliers. Toutefois, le travail de relations publiques est également devenu une branche importante du secteur.

Une production transparente, la ferme comme salle de classe, l’installation de distributeurs automatiques et de machines à milk-shake, la création d’un sentier naturel et bien d’autres choses encore ont fait de lui un agriculteur cool dans la région. Il a obtenu une reconnaissance nationale, notamment grâce à sa participation à l’émission pour enfants « Pur « , au 2ème prix du Prix du bien-être animal de Hesse 2015, à l’obtention du CERES AWARD 2016 et à son utilisation intensive des réseaux sociaux.

Plan du site